Lauréat du prix du meilleur scénario au festival numérique WEB FESTWA au Gabon, le jeune réalisateur centrafricain Julio-Cyriaque YAMAYAN MBETHEKE accorde une interview à la rédaction de notre site pour parler de sa prouesse et de son équipe des jeunes cinéastes de Notre Dame de Fatima.

"/>

La montée en puissance des jeunes cinéastes de Notre Dame de Fatima

Publié le: 09/07/2020


Equipe de rédaction (ER) : Julio-Cyriaque YAMAYAN MBETHEKE bonjour,

Julio : Bonjour

ER : Vous venez de remporter avec les Cinéastes de Notre Dame de Fatima le prix du meilleur scénario au festival de cinéma numérique du Web FESTWA au Gabon, quels sont vos sentiments ?

Julio : Ce prix a suscité en moi un sentiment de satisfaction et me donne l’envie de continuer à apprendre davantage dans le domaine du cinéma. C’est un sentiment que je partage d’ailleurs avec tous les braves jeunes cinéastes de Notre Dame de Fatima avec qui j’ai travaillé d’arrache-pied en ces moments difficiles et dont j’ai eu l’immense honneur de représenter à ce concours. C’est pour nous la première fois de participer à un festival. Cette distinction ne pourra que nous encourager à faire mieux.

ER : Et pourquoi avoir choisi le septième art (cinéma) ?

Julio : Il y a trois raisons qui m’ont poussé à faire ce choix :

Tout d’abord  le cinéma est pour moi une passion. Ensuite,  j’ai une compétence en informatique qui est fortement sollicité dans le domaine d’audiovisuel surtout en montage vidéo. Et enfin,  chaque pays valorise sa culture à travers le cinéma. Vu que  mon pays, la République centrafricaine,  n’est pas très avancé dans  ce domaine,  Je me suis engagé pour mettre en valeur la culture centrafricaine à travers cet art. A ces raisons s’ajoute le fait que je travaille avec un groupe de jeunes fantastiques et motivés qui me donnent beaucoup de raisons de croire à un bel avenir pour le cinéma centrafricain.

 

ER : Dites-nous en quelques mots en quoi consiste ce festival et comment cela s’est déroulé ?

Julio Le festival WEB FESTWA vise à soutenir la production et la promotion de l’audiovisuel numérique, particulièrement les œuvres africaines, et aussi la mise en place d’un réseau de créateurs du cinéma numérique. Il s’est déroulé en ligne sur la chaine de la télé WALYSSIMO. A la fin,  quatre prix ont été décernés : le Prix du Meilleur scénario, le prix du public, le prix spécial du Jury et le prix du meilleur film. Il faut noter aussi que notre film titré le CONFINEMENT PARTIEL  fait partie des trois films qui sont retenus pour le prix du meilleur film. 

ER : Pourquoi avez-vous décidé d’y participer ? Quelles ont été vos motivations ?

Julio : Nous avons commencé à réaliser des films depuis le mois de mars 2020 pour sensibiliser la population centrafricaine à respecter les gestes barrières contre le coronavirus. Le festival a été lancé le 27 avril 2020. De mars en avril, nous avons déjà réalisé une dizaine de films. Et comme le thème de la première édition de ce festival est « L’Africain confiné », nous nous sommes vus capables de proposer un film qui aujourd’hui a remporté un prix.

ER : Que représente pour vous ce  prix ? Et à qui le dédiez-vous ?

Julio : Ce prix représente pour moi une source de motivation et me donne l’envie de continuer à apprendre et travailler très dur pour sortir le géant qui habite en moi. Nous le dédions à tous les jeunes de la Paroisse Notre Dame de Fatima. En effet, très tôt en 2014 en pleine guerre, ces jeunes ont initié le tout premier projet de cinéma de la paroisse, LA COLOMBE, qui a émergé pour atteindre le podium international aujourd’hui à travers nos modestes contributions. A tous ces jeunes, ce prix est aussi le leur.

ER : Quelles sont vos perspectives ?

Julio : Nous tournons nos regards vers le FESPACO 2021 au Burkina-Faso. Nous commençons déjà à travailler le scénario. Aussi, nous restons motivés pour participer à n’importe quelles compétitions que seront lancées par la télé WALYSSIMO ou d’autre maison de production.

 

ER : Quel message avez-vous à adresser à  la jeunesse de votre pays et  à celle de l’Afrique en général ? 

 

Julio : je dirai à la jeunesse africaine, en particulier à la jeunesse centrafricaine que rien n’est impossible à celui qui est motivé parce que la motivation conduit à la réussite. Nous devons prendre notre destin en mains. C’est la Jeunesse  consciente qui va changer l’histoire de ce continent et non les gouvernements et la communauté internationale. Chacun doit réveiller le géant qui sommeille en lui. Nous avons réalisé ce film avec les moyens de bord. Aujourd’hui, nous avons un prix.  La vie sera dure, il y aura de tournants, des tests mais cela ne peut que nous rendre forts. N’abandonnons jamais. 

ER : Julio-Cyriaque YAMAYAN MBETHEKE, je vous remercie.

Julio : C'est moi qui vous remercie.


Commentaires:





Adresse: Avenue de la CEMAC

BP: 1427 Bangui/RCA

Email: secretariat@ndfbangui.org

Tel: +236 75 71 71 11

Nous contacter

Inscrivez-vous à notre newsletter

Suivez-nous sur les reseaux sociaux